L’apport des connaissances psychanalytiques à l’éducation

Hannah Freud et Mélanie Klein sont les premières psychanalystes à avoir porté des recherches, des expérimentations et des observations sur les enfants. Bien que Freud ait apporté son soutien à sa fille, c’est Mélanie Klein qui contribuera de façon majeure à l’avancement de la psychanalyse d’enfants, elle élabore de nouveaux concepts fondamentaux :


– La nécessité d’assouplir l’éducation des enfants
– Elle met en place la thérapie des enfants qui passe par le jeu, et ne doit pas être une psycho-analyse qui passe par la parole.
– Elle accorde une place fondamentale à la réalité des soins maternant comme condition pour un développement de qualité pour la psyché du bébé.


Donald Winnicott introduit le concept de l’objet transitionnel : le doudou (couverture, serviette, peluche..) c’est l’objet par lequel l’enfant va appréhender le réel. C’est par l’objet transitionnel que l’enfant va progressivement passer de l’expérience orale ( le sein de sa mère ) à la véritable relation d’objet.


Winnicott s’intéresse également au rôle du jeu chez l’enfant. L’acte de jouer va mettre en place chez lui plusieurs mécanismes; comme le retrait du monde extérieur. ( lorsque l’enfant joue, il est dans son monde )

Françoise Dolto a elle, aussi apporté à la psychanalyse contemporaine de nouveaux concepts d’éducation bienveillante: la nécessité de parler de toucher les bébés.
Elle passe plusieurs années à analyser des enfants, son principal outil reste la parole et le dessin. ( « Le désir de vivre » https://www.youtube.com/watch?v=ODioMnuVlGU )

Les retours d’expériences sont nombreux :

Les études menées dans les orphelinats en Roumanie dans les années 1990, ont montré que les lits des bébés qui étaient près de la porte des nurseries, et par conséquent les bébés qui étaient le plus touché survivaient, alors que les nouveaux nés qui n’étaient pas touchés décédaient dans l’année.

La psychanalyse nous éclaire sur ce que devrait être l’éducation des enfants, et ce, à plusieurs étapes de la vie de l’enfant :

  • Dès la naissance la mère qui nourris le bon sein, le mauvais sein: concepts psychanalytiques (textes de Mélanie Klein)
  • Le tiers séparateur : le père (en général)
  • L’importance de l’éducation bienveillante : regarder le bébé, le toucher, le nommer, lui parler ( Françoise Dolto )

L’enfant n’existe que dans le regard de l’autre, dans ces premiers objets d’amour. Si sa mère ne le regarde pas, ne lui dit pas qu’il est aimé. L’enfant ne le sait pas.

L’Œdipe et l’importance du parent de sexe opposé dans la pulsion chez l’enfant ( Freud )
L’enfant devenu adulte, aimera comme il a été aimé ( L’amour la haine M.Klein )

De mon point de vue, la psychanalyse nous donne les outils nécessaires pour une éducation bienveillante. 

La connaissance des concepts, de la théorie, et la pratique analytique reste indissociable.  Cependant, il est indispensable de garder à l’esprit que chaque individu est à prendre avec sa singularité son environnement propre, son histoire. De plus, il me semble important de souligner le respect, la considération l’amour que doit témoigner l’éducateur envers l’enfant

La littérature psychanalytique apporte aux éducateurs, aux soignants l’amorce nécessaire pour conscientiser le langage de l’adulte, et par conséquent le dépassionner. L’enfant étant lui, sur un autre mode de langage démuni de passion « un langage tendre » selon Ferenczi (La confusion de langues )

Il est primordial que l’adulte qu’il soit parent, éducateur ou proche d’un enfant, ait conscience de l’influence et donc de la charge que pourrait subir l’enfant des manquements, de la méconnaissance, de l’attitude consciente ou inconsciente de l’adulte envers l’enfant.

L’analyse permettra à l’adulte de conscientiser ses propres trauma, mais aussi de rompre la répétition. Elle lui sera bénéfique ainsi qu’à son entourage.

Badia Chalel copyrights @